Nombre total de pages vues

Translate

Rechercher dans ce blog

jeudi 6 avril 2017

ONU : Attaque chimique en Syrie - Le conseil de Sécurité de l'ONU reporte son vote ..( info - revue de presse )

Éditorial de lucienne magalie pons

C’est une nouvelle fois avec une grande précipitation que les chancelleries occidentales ont vivement réagi suite à l’attaque chimique supposée dans la province rebelle d’Idlib. Toutes accusent Damas, appelant à une réaction internationale et réunissant d’urgence le Conseil de Sécurité de l’ONU.

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni  à la demande des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, suite à l'attaque présumée chimique qui aurait tué — dans la matinée du 4 avril — des dizaines de personnes à Khan Cheikhoun.

En effet, malgré le démenti catégorique de l'armée syrienne d'avoir eu recours à toute substance chimique, on remarque une fois de plus que les occidentaux se sont précipités   dans l’accusation avant toute analyse des faits , en effet  Damas a immédiatement été accusée  par les chancelleries occidentales qui entendaient soumettre un projet de résolution afin de diligenter une enquête conjointe des Nations Unies et de l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques).

Cet  emballement  immédiat des médias et de la classe politique européenne, qui ont rivalisé d'imagination dans les superlatifs afin d'accabler Damas, la résolution américaine tiraient aussi  ses conclusions et ce avant même que l'enquête n'ait débuté.

Ce  texte  de résolution dénué d’impartialité a été rejeté  par la Russie. 

Un texte que Maria Zakharova avait  présenté comme « catégoriquement inacceptable » lors d'une conférence de presse, expliquant que le « défaut » du texte est « d'anticiper les résultats de l'enquête et de désigner des coupables. »


 oo0oo

Pour résumer :

Le 4 avril 2017 l'Elysée publiait un communiqué dans lequel était notamment  indiqué : "

Le Président de la République dénonce avec indignation l’attaque aérienne à l’arme chimique perpétrée ce matin vers 7 heures à Khan Cheikhoun, une ville du nord-ouest de la Syrie tenue par les rebelles. Au moins une cinquantaine de personnes, dont de nombreux enfants, ont été tuées.
Comme à la Ghouta le 21 août 2013 Bachar el Assad s’en prend à des civils en utilisant des moyens bannis par la communauté internationale.
Une fois encore le régime syrien va nier l’évidence de sa responsabilité dans ce massacre. Comme en 2013, Bachar el Assad compte sur la complicité de ses alliés pour bénéficier d’une impunité intolérable.
Ceux qui soutiennent ce régime peuvent une nouvelle fois mesurer l’ampleur de leur responsabilité politique, stratégique et morale."
- fin de citation -
Le Conseil de Sécurité  réunit hier mercredi en urgence  et a repoussé le vote d'une éventuelle résolution de condamnation de la Russie soutien de Damas,   selon un texte présenté par Washington , Paris et Londres .
Les médias rapportent que  l'ambassadeur britannique à l'ONU Matthew Rycroft  a indiqué à la presse que "les négociations continuaient avec ses  collègues au Conseil de sécurité" et qu'il "ne prévoyait  pas" qu'elles se concluraient mercredi, et que de son côté  François Delattre  ambassadeur français à l'ONU a précisé que les négociations se déroulaient dans "un bon état d'esprit", et   dit "espérer" un vote "le plus tôt possible", peut-être dès jeudi.
Les médias ajoutent que d'autres diplomates paraissaient plus pessimistes, tablant sur un nouveau veto russe. 
L'ambassadeur adjoint pour la Russie, Vladimir Safronkov, a jugé que la résolution occidentale avait été préparée à la hâte et n'était pas utile, mais il a accepté une éventuelle "enquête objective". 

Rappelons que mercredi  Moscou avait jugé  "inacceptable" en l'état le projet de résolution condamnant cette attaque mardi contre la ville syrienne de Khan Cheikhoun ( ndlr : qui aurait  fait 86 morts, dont 30 enfants et 20 femmes selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme ).
La Russie avait apporté mercredi une proposition alternative de résolution ne demandant pas spécifiquement à Damas de coopérer avec l'enquête, selon des diplomates.

oo0oo

Complément d'information :

Dans un article publié le 5 avril par Sputnik France il est indiqué que :    

" Moscou appelle à ne pas faire confiance aux rapports des Casques blancs et de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), deux ONG qui ont régulièrement fabriqué de fausses informations et qui cette fois accusent Damas d'un nouveau crime contre son peuple, imputant à l'armée syrienne une attaque chimique à Khan Cheikhoun." 

Ci-dessous extrait de cet article : 

"Moscou met en garde contre les mensonges des ONG

21:09 05.04.2017(mis à jour 22:33 05.04.2017) 

" Moscou appelle à ne pas faire confiance aux rapports des Casques blancs et de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), deux ONG qui ont régulièrement fabriqué de fausses informations et qui cette fois accusent Damas d'un nouveau crime contre son peuple, imputant à l'armée syrienne une attaque chimique à Khan Cheikhoun.

" Suite aux frappes de l'aviation syrienne contre un entrepôt terroriste abritant des substances toxiques situé près de la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, les Casques blancs et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) ont accusé le gouvernement de Bachar el-Assad d'une attaque « chimique » qui aurait fait des dizaines de morts et des centaines des blessés. Damas rejette ces accusations qu'il juge infondées. Moscou, pour sa part, appelle à ne pas faire confiance à ces ONG qui ont à plusieurs reprises colporté de fausses informations.

« En ce moment, la tâche principale est de comprendre objectivement ce qui est arrivé. Pour l'instant, je voudrais également souligner que tous les rapports falsifiés sur ce sujet proviennent uniquement des fameux Casques blancs et de cet Observatoire syrien des droits de l'homme qui est déjà devenu odieux. Il ne faut faire confiance ni aux Casques blancs, ni à l'Observatoire syrien. Ils ont à maintes reprises sapé leur crédibilité par des vidéos truquées et par une information qui a été ensuite démentie par toutes les parties » a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova lors d'un briefing à Moscou.

" L'opposition syrienne a accusé mardi le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir mené à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, une attaque « chimique ». Si l'opposition syrienne fait état de 80 morts et près de 200 blessés, l'Observatoire syrien des droits de l'homme a annoncé la mort d'au moins 58 personnes, dont 11 enfants. Donald Trump a aussi imputé l'attaque au gouvernement du Président syrien Bachar el-Assad.

" Damas a pour sa part démenti toutes les accusations, invoquant leur caractère infondé.

« Il n'est pas exclu qu'ils aient eux-mêmes procédé à l'attaque, dans le but de lancer une campagne de propagande contre l'armée syrienne », a indiqué à Sputnik une source au sein des forces armées syriennes.

" Moscou a aussi déclaré ne pas être concerné par les accusations. Selon le ministère russe de la Défense, « aucune frappe aérienne n'a été menée par l'aviation russe dans les environs de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib.»

" Rappelons que Damas ne détient plus d'armes chimiques depuis 2014, date à laquelle les armes chimiques syriennes ont été détruites en mer sous le contrôle d'experts américains." 

- fin de l'extrait  - 

REVUE DE PRESSE



15:07 05.04.2017
925795

16:22 05.04.2017
1306113

18:22 05.04.2017
 0 194


21:09 05.04.2017
381774

Le Républicain Lorrain
 - ‎il y a 37 minutes‎
L'Obs
 - ‎il y a 1 heure‎
Boursorama
 - ‎il y a 1 heure‎
Quotidien du Peuple
 - ‎il y a 3 heures‎
20minutes.fr
 - ‎il y a 3 heures‎

L'Obs
 - ‎il y a 2 heures‎
Washington (AFP) - Donald Trump a menacé mercredi de passer à l'action en Syrie au lendemain d'une attaque chimique présumée imputée au régime de Damas, que le président des Etats-Unis a qualifiée d'"odieuse" et d'"affront à l'humanité". Son chef de ...
Le Figaro
 - ‎il y a 5 heures‎
VIDÉOS - Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni mercredi en urgence à propos de l'attaque
 chimique présumée dans la province d'Itleb, a repoussé le vote d'une résolution contre le 
régime syrien, le temps pour les Occidentaux de négocier avec la Russie, ...
Le Monde
 - ‎il y a 7 heures‎
Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité a lieu mercredi. Un projet de texte présenté par la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis condamne l'attaque, qui a fait au moins 87 morts à Khan Cheikhoun. 
Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 05.04.2017 à ...
L'Express
 - ‎il y a 8 heures‎
Le Conseil de sécurité de l'ONU est réunit en urgence pour débattre de l'attaque chimique ayant fait
86 morts en Syrie. La Russie juge "inacceptable" le projet de résolution visant le régime syrien, tandis que Washington menace d'une action unilatérale ...
LCI
 - ‎il y a 7 heures‎
GUERRE - En Syrie, ce mardi 4 avril, une nouvelle attaque à l'arme chimique a fait plus de 86 morts dont vingt enfants et soulevé une indignation générale dans le monde entier. Réuni en urgence ce mercredi, le Conseil de sécurité de l'ONU a vu ...
Éditorial
RTL info
 - ‎il y a 3 heures‎
(Belga) Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a demandé mercredi soir à la Russie de "bien réfléchir"
 à son soutien au régime syrien, au lendemain d'une "horrible" attaque chimique présumée qui a provoqué une indignation internationale et des ...
RTL info
 - ‎il y a 8 heures‎
Un raid aérien a frappé mardi vers 07H00 (04H00 GMT) Khan Cheikhoun, une petite ville contrôlée par 
des rebelles et des jihadistes dans la province d'Idleb dans le nord-ouest de la Syrie. Des images du
 correspondant de l'AFP montrent des corps sans vie ...
La Croix
 - ‎il y a 13 heures‎
La Russie s'oppose de nouveau aux pays occidentaux sur le dossier syrien à l'occasion d'une réunion 
d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée à l'attaque chimique présumée ayant fait 72 morts 
la veille en Syrie. attaque Moscou a jugé ...
RTL info
 - ‎4 avr. 2017‎
(Belga) La Maison Blanche a dénoncé mardi avec force "l'attaque chimique" menée selon elle par le régime de Bachar al-Assad sur une ville rebelle, jugeant qu'elle était "intolérable". Elle s'en est également pris à l'ancien président américain Barack ...
La Croix
 - ‎4 avr. 2017‎
Plus d'une cinquantaine de personnes ont été tuées à Khan Cheikhoun, une ville du nord-ouest de la Syrie. Personnes blessées lors de l'attaque à Khan Cheikhoum, ce mardi 4 avril. ZOOM. Personnes blessées lors de l'attaque à Khan Cheikhoum, ce mardi ...





Aucun commentaire: