Nombre total de pages vues

Translate

Rechercher dans ce blog

jeudi 13 avril 2017

TRUMP : " Si la Russie n'était pas venue appuyer cet animal [Assad, ndlr], il n'y aurait pas eu de problèmes » ( source : SPUTNIK FRANCE )

Éditorial de lucienne magalie pons

Je ne peux résister au plaisir de rapporter les propos de l'imbécile TRUMP qui préside malheureusement  pour quatre ans  au destin des Etats-Unis, et qui se croit permis de  nommer   d'animal le Président Syrien Bachr el- Assad. 

 Je ne peux mieux faire pour illustrer la grossièreté de ce  bouffon  que de reproduire ci-dessous l'article publié par SPUTNIK  FRANCE   qui fait ironiquement allusion dans son titre à "Une leçon de politesse de Trump ...."

copié/collé de Source 


Une leçon de politesse internationale de Trump : la Russie appuie l’ «  animal  »  Assad

15:42 12.04.2017(mis à jour 17:29 12.04.2017) 



À en juger par les derniers propos du Président américain, celui-ci ne se donne pas la peine d'être « politiquement correct » et de faire preuve de la plus élémentaire des politesses avec Bachar el-Assad. Donald Trump le traite d'« animal » et pour être plus convainquant, il accuse la Russie qui le soutient de tous les maux syriens.

Les propos de Donald Trump lors de son interview sur la chaîne américaine Fox Business laissent supposer que les frappes américaines contre la base aérienne syrienne de Shayrat ont détruit, avec quelques avions syriens, toutes les normes de politesse en vigueur dans la politique internationale.
Le Président américain a notamment expliqué tous les problèmes syriens par le fait que Bachar el-Assad est un « animal »  et que la Russie appuie son régime.
« Si la Russie n'était pas venue appuyer cet animal [Assad, ndlr], il n'y aurait pas eu de problèmes », a déclaré Donald Trump.
Dans le même temps, il a jugé nécessaire les récentes frappes contre la base syrienne et a souligné que c'était l'administration de Barak Obama qui aurait dû les porter.
Suite à l'attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par les pays occidentaux aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne de Shayrat. Vendredi matin, 59 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui croisent en Méditerranée, faisant selon la partie syrienne dix victimes parmi les militaires et neuf morts parmi les civils, dont quatre enfants, et causant d'importantes destructions.
Le Président Vladimir Poutine a qualifié l'attaque américaine d'agression contre un État souverain en violation du droit international et menée sous un faux prétexte.

Aucun commentaire: