Translate

Nombre total de pages vues

Follow by Email

Rechercher dans ce blog

jeudi 27 avril 2017

Manuel de Diéguez : " La France et sa Justice "

Éditorial de lucienne magalie pons

Nouveau sur le site de :




La France et sa Justice

Après le vote du 23 avril, qui a porté aux portes de l'Elysée un banquier du groupe Rothschild, il devient de plus en plus évident que si la France n'approfondissait pas les sciences humaines et en tout premier lieu la connaissance anthropologique de la politique et de l'histoire, le nationalisme n'aurait plus d'avenir et la France ferait naufrage dans un épuisement tragique de la pensée rationnelle et cela selon un modèle bien connu des historiens du byzantinisme. Pour ma très modeste part, je tenterai donc, dans le texte ci-dessous et dans celui du 11 mai de poser quelques jalons conjurateurs d'un naufrage qui s'annonce par mille signes et présages.




1 - Le temporel et l'intemporel 

On sait qu'aux yeux du Général de Gaulle, le régime de Vichy n'était pas seulement illégitime, mais inexistant en droit, donc privé du prestige et des apanages d'un Etat reconnu comme tel. Dans ce contexte, Jacques Chirac n'a rien compris au gaullisme à déclarer que la France, en tant que telle, aurait "commis l'irréparable", puisqu'elle était censée s'être rendue coupable de la rafle du Vel d'hiv ordonnée par la justice relative du moment.

Mais en 1958, à peine de retour au pouvoir, après un exil de douze ans à Colombey-les-Deux-Eglises, le Général de Gaulle a promu la loi la plus hallucinante qu'on pût imaginer: au pays du Bridoye de Rabelais, du Bridoison de Beaumarchais et du Raminagrobis de La Fontaine, il était déclaré interdit non seulement de critiquer une décision de justice, mais de publier des écrits ou de tenir des propos susceptibles de porter ombrage au mythe de l'infaillibilité d'une justice, pourtant toujours relative et terrestre, celle que sécrète la jurisprudence.

Comment expliquer que l'homme qui avait proclamé seule réelle la France de la radio de Londres semblât changer à ce point de politique et de philosophie de la justice française? Peut-être avait-il compris que son attitude à l'égard du régime de Vichy portait un coup mortel aux Etats concrètement présents sur la scène du monde, puisqu'elle les privait de la sacralité qui fonde toute autorité aux yeux de la population.

2 - Le masque de la loi 

Mais comment installer dans la durée le mythe de l'infaillibilité d'une justice terrestre, brusquement revêtue des attributs de la justice divine, alors que la justice est toujours dépendante des circonstances du moment? On sait où cette mythologie judiciaire a conduit la France: des juges du tribunal d'Aix en Provence ont cambriolé les biens placés sous scellés au greffe de leur propre tribunal, puis ils ont tenté de faire valoir l'autorité de la loi qui les protégeait de l'outrage, pour menacer de poursuivre au pénal toute tentative de mettre en doute leur intangibilité et leur sacralité de confection.

M. Robert Badinter, alors Garde des sceaux dans le gouvernement de M. Mitterrand, s'était trouvé dans le plus grand embarras. D'un côté, comme Ministre de la justice, il essayait de "couvrir" les malfaiteurs en robe noire, de l'autre, comment innocenter, donc sanctifier des pillards? Avec habileté et secrètement, Robert Badinter a manœuvré en coulisses. Il n'a jamais mis publiquement en cause l'autorité d'une loi hallucinante, mais il a étouffé l'affaire et réussi à calmer la fureur de voleurs agressifs à l'égard de leurs dénonciateurs, le tout sans paraître douter un instant de la légitime sainteté d'un Etat de droit pourtant fondé sur un arbitraire auto-sanctifié.

3 - Les bévues du Dieu unique

Quelles leçons tirer d'une loi grotesque et absurde par définition? Celles de l'obligation de se visser la loupe à l'œil et d'examiner, en anthropologue de l'encéphale humain, comment de siècle en siècle, les pères de l'Eglise ont tenté de légitimer une justice divine tout aussi branlante que celle de la créature et donc de doter l'encéphale d'une divinité flottante et irréfléchie d'une logique et d'une cohérence internes.

L'exemple de saint Augustin est particulièrement révélateur sur ce point: il commence par accuser de confusion d'esprit et de superficialité une divinité censée avoir créé le ciel et la terre sans seulement s'être préoccupée au préalable de savoir comment elle allait assurer un logement à sa création, puisque "Dieu" n'avait pas pris la précaution élémentaire de créer au préalable l'espace et le temps. L'auteur des Confessions a mis vingt ans, dans sa Cité de Dieu, à tenter de doter d'une cohérence l'encéphale d'une divinité qualifiée d'omnisciente, d'omnipotente et censée diriger le monde.

Mais les malencontres de la métaphore divine ont continué de mettre le Dieu unique dans l'embarras. Comment expliquer qu'il ait laissé faire, donc approuvé, le sac de Rome par les hordes des Wisigoths d'Alaric en 410? Pis encore: comment se fait-il le Dieu ait laissé une femme, la papesse Jeanne, "porter la culotte" sur le trône de Saint Pierre? Cette bévue du Saint Esprit a marqué l'histoire de l'Eglise, au point qu'elle ne s'est jamais remise de ce traumatisme: aujourd'hui encore, après chaque élection d'un pape, un ecclésiastique se glisse sous la table et va vérifier que le nouvel élu a deux testicules "bene pendentes", bien pendues.

A ce compte, comment vérifier que la France idéale du Général de Gaulle censée seule exister en droit face au régime de Vichy, se révèle néanmoins un Etat en chair et en os?

4 - Le refus d'humilier la transcendance de la France 

On sait que l'art 262 de l'ancien code pénal est tombé en désuétude par la volonté d'une portion intègre du corps judiciaire de la France réelle, mais qu'il n'a jamais été officiellement abrogé. Cependant, cette loi a été respectée avec une docilité sans faille par la France officielle pendant des décennies. Certes, la question préalable de la constitutionnalité promulguée par le Président Giscard d'Estaing permet désormais au justiciable de contourner cet article.

La tentation du rabougrissement de l'Etat au temporel est puissante et mortifère. La France de Vichy est morte en 1945, mais aux yeux de la France transcendante et immortelle dont rêvait le Général de Gaulle, elle n'avait été, du temps même où elle semblait diriger le pays, qu'un cadavre pourrissant. Qui aujourd'hui oserait se déclarer le successeur de la France de Vichy?

En revanche, les gaullistes anciens ou récents se comptent par centaines de milliers car dans leur cœur et dans leur esprit il existe une patrie intemporelle, une patrie éternelle qui vit par delà la matérialité des événements et les fourberies des politiques contingentes. C'est cette France-là que les gaullistes d'aujourd'hui refusent d'humilier en la rendant abusivement coupable des manquements liés à la lâcheté d'une poignée de dirigeants corrompus, notamment de la quasi-totalité de la magistrature de l'époque - un seul membre excepté - qui s'était ralliée avec un ensemble touchant au régime de Vichy. L'article du code pénal par lequel le Général de Gaulle assurait en quelque sorte l'infaillibilité des magistrats du siège constituait une manière de blanchiment de ce corps collectif, une résurrection de son "innocence" et de sa "pureté" déflorées.

Or, la Justice représente la transcendance à l'égard du politique sans recourir pour autant aux miracles du surnaturel. Elle était, aux yeux de l'homme du 18 juin, consubstantielle au bon fonctionnement de l'Etat, bien que Général ne se fît aucune illusion sur la qualité du personnel judiciaire passé et présent.

5 - Un animal métaphorique 

On voit, comme je l'ai démontré le 14 avril, qu'une espèce ingouvernable par nature et par définition, ne peut se diriger qu'à l'école et à l'écoute de ses songes et de sa transcendance, parce que l'homme est un animal métaphorique. A ce titre, il se transporte au-delà du temporel.

On retrouve le sens originel du substantif "métaphore" dans nicéphore, porteur de la victoire, phosphore, porteur de la lumière, doryphore, porteur d'une lance, sémaphore, porteur d'un signal, logophore, porteur d'un langage, Lucifer, porteur de la lumière, mot qui se contente de substituer le latin ferre à son synonyme grec phorein etc.

C'est pourquoi le genre humain se transporte sans cesse dans des mondes rêvés, mais qu'il croit pleinement réels.

De 1917 jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989, toute l'intelligentsia française a cru que le paradis allait débarquer en Russie. Même M. Joliot-Curie, un des pères de la bombe atomique française, en a témoigné sous serment le 4 avril 1949 à l'occasion du procès Kravchenko. Il a fallu le rapport Krouchtchev en 1956, il a fallu toute l'œuvre de Soljenitsyne pour remettre leur tête à l'endroit à la plupart des intellectuels du Vieux Monde.

Mais les vices du système politique momentanément incarné par l'URSS n'ont pas sonné la mort des idéaux de fraternité et de partage. Ils continuent souterrainement leur travail de sape de l'arrogance d'un mondialisme libéral échevelé, fondé sur la guerre de tous contre tous. Ce libéralisme n'est qu'un autre nom de la loi de la jungle.

Voir : Halte à l'américanisation du monde14 avril 2017 (Décodage)

La Révolution française a rebattu les cartes du sacrifice. La victime ne se livre plus au harpon d'une divinité avide de chair et de sang, elle s'immole aux idéaux rédempteurs d'une Liberté et d'une Justice dont elle est elle-même l'instrument. Elle se découvre l'agent d'exécution d'un destin de l'esprit. Elle est à elle-même l'acteur autonome du salut d'une espèce métaphorique.

Puisse le XXIe siècle marquer un tournant décisif dans l'histoire du "connais-toi", puisse le XXIe siècle mettre de l'ordre dans l'encéphale erratique d'une espèce ingouvernable, puisse le XXIe siècle féconder une fois de plus la question de Montaigne: "Qui suis-je?".

Le 28 avril 2017






Aucun commentaire: