Nombre total de pages vues

Translate

Rechercher dans ce blog

mercredi 5 avril 2017

GRAND DEBAT ou Examen de passage ? : Ni l'un ni l'autre, une émission politique trop longue d'ou rien de nouveau n'a émergé (Infos - revue de presse )

Éditorial de lucienne magalie pons



Je me suis obligée à suivre le prétendu "Grand débat" ... qui était à mon avis un trop long débat, au cours duquel nous avons vu une émission organisée  comme une  séance d' examen de passage sous la conduite de deux journalistes l'une et l'autre sévère ou revêche par moments, ou à d'autres doucereuses, qui l'une ou l'autre posait  des questions à chacun des candidats à la présidentielle,  et des candidats lesquelles répondaient avec des propos adaptés à la circonstance  sous l’œil scrutateur des autres candidats.

En effet parler  avec à ses côtés ses adversaires politiques qui vous scrutent et ne perdent pas une syllabe mal prononcée, et avec des millions   de téléspectateurs devant les écrans,  c'est un tout autre exercice que de discourir sur une scène devant quelques milliers de sympathisants, hors de la présence de médias hostiles et de rivaux politiques.

D'autant que les journalistes se prenaient à leur jeu en se conduisant par moments comme des institutrices rigides, à d'autres comme des censeurs , ou encore comme des  juges inquisiteurs en fonction , ce qui n'a pas manqué de fausser l'ambiance de l'émission.

Les candidats n'ont pas toujours observé la règle qui était de laisser parler un candidat sans l'interrompre et de ne prendre la parole qu'en réponse à la question qui lui était posée par la journaliste,  dans un cadre très strict de la question , et  quelquefois  fois le brouhaha s'est installé, les candidats couvrant la voix de celui qui parlait en lançant des remarques,  des invectives, voire même des menaces  en s'apostrophant les uns contre les autres. 

Il y avait des candidats plus ou moins disciplinés mais l'un d'eux ( je ne veux nommer personne vous les  découvrirez en Revue de presse) , l'un d'eux habillé comme poune séance de sport, très décontracté, jouait particulièrement le rôle de "l'indiscipliné  de la classe".

Un  autre devenu  calme et   depuis que les sondages le "remonte" et "baisse" un de ses concurrents ,  s'était offert un look physique de président,  avec une nouvelle coiffure très soigneusement disciplinée,  ce qui enlève tout de même à son apparence ce look" d'extrême gauche insoumis"  qui le caractérisait.

Nous avons vu aussi un candidat  "en marche"  sur une marge de prudence,  se montrer en deçà des excentricités qu'il débite habituellement  dans ses shows politiques, mais il n'a  pu s'empêcher  avec des cris  de fouine enragée de  se livrer à certains moments à des démonstrations de violences contre  sa cible habituelle,  pour la traiter de fasciste, à ce moment là curieusement  certains  de ses rivaux faisaient chorus avec lui,

 Et puis nous avons entendu un candidat qui se croit  le seul capable de redresser la France  prêcher l'austérité, couplets et  refrain connu, et refuser de répondre à Laurence Ferrari sur certains faits précis et indéniables qui lui sont reprochés , en contournant la question pour parler d'autre chose. 

Un  candidat qui considère le candidat LR comme son principal concurrent,   l’a directement  attaqué à plusieurs reprises ,il a commencé par   jeter des pierres   «  à ceux  qui ont menti" aux Français.

"En politique, il y a ceux qui parlent et ceux qui font. Il suffit de regarder mon parcours pour savoir qui je suis et quel président je serai"…. a-t-il dit , "Je suis fier d'avoir redressé une ville qui était en faillite et d'avoir été élu à trois reprises. J'ai toujours fait passer mes convictions gaullistes, républicaines et sociales. Aujourd'hui, Français, vous avez le choix. Soit vous continuez avec ceux qui ont ruiné la France et qui vous ont menti. Soit vous continuez avec moi, vous reprenez le pouvoir pour reconstruire une France forte, juste, belle", puis revenant à son rival :  "Franchement, qui peut vous croire ? Moi je n'ai pas trahi mes idéaux.", en soulignant  qu'il avait lui  "toujours refusé les traités européens" et qu'il s'était même "battu contre" …  "Comment croire le premier ministre qui a bafoué le sort des français, alors que le traité de Lisbonne a été le viol du peuple ?" … "En vérité, les gouvernements, que ce soient ceux de monsieur Fillon ou Hollande sont passés en force", a-t-il ajouté.

 Par ailleurs nous avons découvert l'infatigable candidat qui pendant des mois a parcouru le monde et le territoire français pour s'informer exactement à la source et pour informer ensuite  ses "Chers compatriotes" en toute connaissance de cause ,   avec son fort  accent du terroir de sa région,  fort sympathique du reste, mais qui étonne les parisiens à l'accent snob  avec quelques accents pointus. 

Un autre  candidat qui a fait toute sa carrière dans la haute fonction publique à très haut niveau de proximité officielle auprès de plusieurs anciens Présidents de la République,  très carré, très instruit  des traités européens  a démontré plusieurs fois par A + B , article par article,  que les pays de l'UE sont cadenassés  par Bruxelles , que les autres candidats  n'obtiendront aucune réformes, et  en développant des arguments forts  il est quant  à lui déterminé au Frexit pour en finir avec l'UE, pour  sortir de" l'UE aux ordres de Bruxelles", et de" l'OTAN aux ordres de Washington".

Un autre candidat moins radical, moins carré , est aussi contre les institutions européennes et développe ses explications d'une manières assez nuancée.

La candidate des travailleurs  chargent surtout les patrons capitalistes en dénonçant leur responsabilité sur les bas salaires, les atteintes à la protection sociale, les durées excessives  du travail, ...  en affirmant que l'UE n'est pas responsable de tout nos maux  et que les patrons ont leur part de responsabilité  dans nos misères sociales,

La candidate du peuple et des patriotes  a expliqué qu'elle questionnerait le peuple par référendum avant de négocier des réformes avec l'UE, elle  s'est aussi expliqué sur certaines procédures à son encontre et son refus de se rendre aux convocations, et son immunité parlementaire. 

Le candidat socialiste a rabâché ses intentions, ses critiques contre les uns et les autres , a lancé ses coups de griffes contre l'une des candidates, vous devinez laquelle.

Finalement les deux journalistes ont finies par arriver sans trop de dégat à la fin de l'émission, toutefois elles du une ou deux fois intervenir avec énergie pour discipliner la classe des candidats en poussant des cris perçants pour ramener le calme, et même une fois rappeler à l'auditoire de ne pas troubler l'émission que chacun était là pour exprimer ses convictions et être écouté.

Je ne pense pas qu'un candidat ait surclassé les autres mais certains médias pensent  que Mélenchon a tiré profit de cette émission.

Mon avis est que finalement ce genre d'émission est d'abord  conçue pour faire mousser le média qui l'organise, après ça  des politologues , des experts , des membres d'instituts de sondages  et des communicants sont sollicités pour donner leur avis  sur  "le perdant" et le "vainqueur" du débat, et les médias ensuite  relatent toute cette opération à leur sauce,   mais  au fond tout ce grand ramdam  n'influence pas vraiment  l'opinion publique .

REVUE DE PRESSE

Non Stop People
 - ‎il y a 16 minutes‎
Closer
 - ‎il y a 19 minutes‎
Le Point
 - ‎il y a 28 minutes‎
Le Parisien


Le Figaro
 - ‎il y a 1 heure‎
RÉACTIONS - Le Figaro a demandé à cinq politologues, membres d'instituts de sondages et communicants leur avis sur le vainqueur et le perdant du débat qui a réuni les onze candidats à la présidentielle mardi soir. • Frédéric Dabi, directeur général ...
L'Obs
 - ‎il y a 3 minutes‎
Au menu du Réveil politique : les "petits" candidats ont fait le show lors du "grand débat" à onze, Poutou s'emporte contre les affaires, le FN visé par de nouveaux soupçons d'emplois fictifs... Baptiste Legrand Publié le 05 avril 2017 à 09h03 ...
20minutes.fr
 - ‎il y a 53 minutes‎
L.C.. Publié le 05.04.2017 à 01:23; Mis à jour le 05.04.2017 à 08:12. Un marathon télévisuel surprenant et parfois tendu. Les onze candidats à la présidentielle ont présenté leurs propositions pendant plus de trois heures, à trois semaines du scrutin ...
20minutes.fr
 - ‎il y a 2 heures‎
Propos recueillis par Olivier Philippe-Viela. Publié le 05.04.2017 à 07:05; Mis à jour le 05.04.2017 à 07:05. En 2012, Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), ex-Ligue communiste révolutionnaire, n'était encore que le ...
L'Express
 - ‎il y a 1 heure‎
Les onze candidats à l'élection présidentielle ont débattu tous ensemble mardi. Une première, et sans doute une dernière un peu brouillonne, qui a tout de même le mérite de livrer certains enseignements. C'était une première dans l'histoire de la ...
Vérification des faits
Franceinfo
 - ‎il y a 13 minutes‎
Pendant le grand débat télévisé, les 11 candidats se sont fait face à face. Et certains se sont laissé allé à quelques approximations. Decryptage. avatar. franceinfoRadio France. Mis à jour le 05/04/2017 | 08:53 publié le 05/04/2017 | 08:53.
Éditorial
BFMTV.COM
 - ‎il y a 47 minutes‎
Le candidat du NPA s'en est pris frontalement à François Fillon et Marine Le Pen, impliqués tous deux dans des affaires judiciaires. C'est la séquence que l'on retiendra du débat de mardi soir. La confrontation entre les onze candidats était l'occasion ...
LCI
 - ‎il y a 40 minutes‎
DÉCOUVERTE – Mardi soir, sur BFM TV et C News, les "petits" candidats à l'élection présidentielle sont sortis de l'ombre. Entre Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, François Asselineau, Jean Lassalle et Jacques Cheminade, qui a ...
La Croix
 - ‎il y a 12 heures‎
C'est une première dans l'histoire médiatique des élections françaises: le débat télévisé réunissant la totalité des 11 candidats à la présidentielle s'est ouvert mardi soir avec les autoportraits, qui ont marqué l'entrée en jeu des six "petits ...
20minutes.fr
 - ‎il y a 20 heures‎
T.L.G.. Publié le 04.04.2017 à 12:09; Mis à jour le 04.04.2017 à 12:09. A chacun sa méthode. Les onze candidats à la présidentielle débattent ce mardi soir sur BFMTV et CNews. Une étape décisive à 19 jours du premier tour. Pour ne pas se rater, les ...
L'Express
 - ‎3 avr. 2017‎
Les onze candidats à la présidentielle s'affronteront ce mardi soir, lors d'un débat diffusé sur BFMTV et CNews. Chez les candidats crédités de moins de 10% des intentions de vote, les méthodes de préparation varient. C'est une première dans l'histoire ...
Zone géographique : La Réunion
Zinfos 974
 - ‎il y a 9 minutes‎
Pour la première fois dans l'histoire des élections en France, l'ensemble des candidats ont débattu à la télévision hier soir, trois semaines avant le premier tour. Près de 4 heures de débat retransmis sur BFMTV et CNews durant lequel quelques ...



.

Aucun commentaire: