Follow by Email

Nombre total de pages vues

Translate

Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 28 juin 2013

NICOLAS DUPONT- AIGNAN était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC le 26 Juin 2013

Éditorial de lucienne magalie pons
 
En parlant des politiques Européennes menéees depuis 5 ans, Nicolas Dupont-Aignan dénonce la soumission des dirigeants et Chefs d'Etat européens,  notamment Français,  qui selon lui se sont couchés , mis à plat ventre devant des gens qui ont tout échoué depuis 10 ans : 





-------------------------/


(Mercredi 26 Juin 2013)
Texte de l'entretien : 
JJB : Nicolas Dupont -Aignan est notre invité, Bonjour, …. 
NDA : Bonjour Jean-Jacques Bourdin
JJB :  …., député de l’Essonne, Président de Debout la République,  …, je regardais les déclarations du président des finances de l’Assemblée Nationale qui est UMP , Gilles Carrez, mais qui dit qu’il va manquer 20 milliards d’euros  dans les caisses de l’Etat, il va falloir un collectif budgétaire, ç a veut dire une rectification, trouver 20 milliards d’euros avant la fin de l’année, ça vous surprend ou pas ?
NDA : c’est ce que j’avais dit il y a un an, il se passe exactement ce qui s’est passé en Grèce, en Espagne, quand vous appuyez brutalement sur le frein, eh bien il y a moins d’emplois, une perte de croissance et puis moins de recettes , parce que les recettes de l’Etat elles sont indexées sur les emplois du pays c’est tout, donc ça montre bien l’absurdité des politiques européennes menées depuis 5 ans.
Je vous rappelle qu’aux  Etats-Unis depuis 3 ans il y a 3 millions de chômeurs de moins, dans la Zone euro depuis 3 ans il y a 3 millions de chômeurs de plus, donc plus on appuie sur le frein plus on casse la croissance, plus les recettes fiscales vont s’effondrer.
C’est un cercle vicieux qu’on a connu, ça été une tragédie dans l’entre deux guerres, on avait évité ça après la seconde guerre mondiale, c’est une folie, et ceux qui nous emmènent dans ce mur, qui sont…
JJB : ce sont les dirigeants de l’Union Européenne, ce sont les Chefs d’Etats.. ?
NDA : pas que les Dirigeants de l’Union Européenne, il n’y a pas qu’eux ..,
JJB : Monsieur Barroso n’est qu’un employé finalement des Chefs d’Etats ? …
NDA : on a confié..
JJB : un employé, il n’est pas élu ..,
NDA : Bien sur, mais les dirigeants notamment  les dirigeants français, Nicolas Sarkozy d’abord, il faut être honnête, et François Hollande encore plus, se sont couchés , mis à plat ventre devant des gens qui ont tout échoué depuis 10 ans, donc il y a un moment où on a la conséquence des actes , et c’est là que les attaques de Montebourg contre Barroso …..
JJB : qu’est-ce que vous en pensez ?
NDA : elles sont à la fois justifiées, il a raison, mais pourquoi il reste dans ce gouvernement ? , parce que qui a signé l’accord qui donne à la Commission de Bruxelles, le droit, l’obligation de rentrer dans le fonctionnement interne de notre budget ? .. , c’est Monsieur Hollande, Monsieur Montebourg était membre dans ce gouvernement, c’est  ça ce que je ne comprends pas , qui autorise aujourd’hui la directive Bolkestein ..,
JJB : il a raison et il doit quitter le gouvernement c’est ce que vous dites ?
NDA : soit Monsieur Barroso s’en va et Monsieur Hollande fait une crise au niveau européen pour changer de politique, ce qu’il avait promis entre parenthèses, mais il ne le fait pas, soit Monsieur Montebourg s’en va, je vais vous donner un exemple  parce que ça c’est très concret, la directive Bolkestein, 400 000 salariés low cost  en France, c'est-à-dire payés par des boîtes d’intérim qui vont recruter des esclaves en Pologne, au Portugal , etc.., qui concurrencent les transporteurs routiers, les entreprises du bâtiment, aujourd’hui il y en a 400 OOO en France et ça ca fait des recettes en moins  pour l’Etat, ça fait une concurrence déloyale pour nos artisans , donc il y a bien un moment où le président de la France devrait dire stop !
JJB : et la directive de Bolkestein ..,
NDA : .., et dire par exemple, la directive de Bolkestein nous ne l’appliquons plus parce que c’est une concurrence déloyale, c’est le nivellement par le bas, et ça ruine la France, comme les autres pays d’ailleurs, parce que est-bien de faire venir des esclaves dans des préfabriqués pour faire construire nos maisons ? …, Non, c’est très concret, ce n’est pas des grandes  théories, il y a un moment où moi je demande que le gouvernement soit cohérent, en tout cas Monsieur Montebourg, Arnaud Montebourg que j’aime bien, doit claquer la porte, et pour qu’on puisse changer de politique un jour dans notre pays.
JJB : oui, vous avez entendu la réponse de José Manuel Barroso qui dit que les souverainistes de gauche sont les mêmes que les souverainistes d’extrême droite en France ?
NDA : Les Français n’accepterons pas de se laisser plumer comme les grecs l’ont accepté  parce que on a vu ce que ça donnait..
JJB : parce qu’on est en train ..,
NDA .., en train de faire la même chose,  exactement la même chose..,
JJB : on est en train de se laisser plumer à vos yeux ?
NDA : Complètement, et je vais vous dire une chose, Monsieur Barroso est totalement vendu aux Etats-Unis, ça se sait, Monsieur Barroso a ouvert la négociation du traité transatlantique ..,
JJB : oui, le libre échange ..,
NDA le traité transatlantique est un danger public pour notre civilisation, pas seulement pour nos emplois, la qualité de notre agriculture, le respect de nos terroirs, la qualité de notre alimentation, vous savez que c’est la mise en application des normes uniques, c’est-à -dire qu’on aura du poulet au chlore, des vaches aux hormones, etc.., et la France a très justement défendu  nos cinémas, très bien, mais pourquoi ne pas avoir défendus nos agriculteurs, et les ouvriers aussi ?, c'est-à-dire que le protectionnisme est bon pour les acteurs de cinéma, très bien c’est l’exception culturelle, la langue etc.., moi j’y suis attaché, mais pourquoi on s’est battu que pour les acteurs de cinéma et non pas aussi pour nos agriculteurs, nos ouvriers ?,  c’est bien là le problème, et après il ne faut s’étonner que le front national fasse 47 %, donc il faudrait peut-être un jour dans notre pays changer de politique, ou alors il faudra renverser la table et on le fera avec qui il faudra.
JJB : Merci

Fin de l'entretien 
--------------------------------//
 


Comme vous le remarquerez ci-dessus l’analyse de Nicolas Dupont-Aignan est sérieuse, on ne peut démentir ses propos, mais pour bien saisir son message politique nous ajoutons ci-dessous  un communiqué  qui figure sur son blog, en date du 26 juin dans lequel  il explique  la soumission et la dépendance    du PS et de l’UMP à l’égard des institutions de l’Union européenne et de l’Allemagne  et ses conséquences prévisibles.
.Selon Nicolas Dupont -Aignan, ils sont prêts l’un après l’autre à trahir leurs engagements et à essuyer toutes les défaites au point de disparaître même de l’échiquier politique.
Voici reproduit ci-dessous son communiqué, vous remarquerez qu’il est en pleine cohérence avec ce qu’il disait le matin même sur RMC, en même temps qu’il apporte un complément de réflexion très concordant  sur la question, Nicolas Dupont-Aignan  propose des solutions : 

Source =  blog de Nicolas Dupont-Aignan :
Copié /collé :
 « Le piège de l’Union européenne

" Par Nicolas Dupont-Aignan le mercredi, juin 26 2013, 15:58 - Réflexions - Lien permanent

" Le PS comme l’UMP se sont mis dans un tel état de dépendance et de soumission à l’égard des institutions de l’Union européenne et de l’Allemagne qu’ils sont prêts l’un après l’autre à trahir leurs engagements et à essuyer toutes les défaites au point de disparaître même de l’échiquier politique.
Si les Français ont voté à Villeneuve-sur-Lot à 46% pour le FN, c’est bien parce qu’ils ne supportent plus les choix politiques faits depuis 20 ans par les deux partis dominants.
    Le libre-échange déloyal pour les agriculteurs et les ouvriers aggrave un chômage de masse de plus en plus insupportable au contraire du cinéma et des artistes qui sont préservés par l’exception culturelle
    L’euro surévalué assassine notre industrie, bloque nos exportations et divise la France et l’Allemagne dont les intérêts deviennent de plus en plus divergents.
    La suppression des frontières intérieures favorise les trafics en tous genres, l’insécurité et les flux migratoires incontrôlés.
    Ajoutons à cela l’interventionnisme tatillon de Bruxelles dans tous les domaines de la vie du pays sans parler de la défiance de cette caste pour la démocratie qui s’est manifestée après chaque référendum.
Tous ces facteurs cumulés expliquent le ras-le-bol légitime d’un peuple français qui n’a été que trop patient.
Il y a une leçon à tirer de cette élection à Villeneuve-sur-Lot. La sacrosainte alternance, assurance-vie du PS et l’UMP depuis 30 ans, vit ses dernières heures. Quel que soit le discours tenu par ces partis, jamais ils ne pourront effacer de la mémoire des Français leurs échecs et leurs mensonges.
Maintenant que les heures de l'UMPS sont comptées, les seules questions qui demeurent sont : quand ? Comment ? Pour quoi faire ?
Quand ? : le plus vite possible car plus l’on attend, plus la société française s’appauvrit et se décompose.
Comment ? : le plus sereinement possible car il y a des patriotes partout sur l’échiquier politique qui pourraient, s’ils en avaient le courage, se rassembler pour présenter un programme de salut public et de redressement national. Dans ce big-bang politique les patriotes gaullistes et républicains ont un rôle central à jouer. L’enjeu n’est pas de balayer pour balayer mais de reconstruire le plus rapidement possible l’indépendance du pays dans la sérénité et le sérieux. Plus nous serons capables de présenter une offre patriotique solide, plus vite les Français abandonneront les partis traditionnels et ne céderont pas aux intimidations des défenseurs de la pensée unique qui, bien sûr, ne se gêneront pas d’instrumentaliser les défauts et les excès du FN pour plonger la France dans une forme de face-à-face délétère entre les partis du système et la formation de Marine le Pen.

Pour quoi faire ? : pour résoudre enfin les problèmes des Français en comprenant que dans la mondialisation ce sont les pays libres qui réussissent le mieux. La France ne manque pas d’atouts à la condition de pouvoir les jouer.
Fin du communiqué
_________________________________________________________________________________

Aucun commentaire: